Les 3 clichés d’un plombier

LA FRANCAISE DES ARTISANS  Conseils et astuces

A la recherche d’un bon plombier

Vous venez d’aménager et/ou rechercher tout simplement un “ bon plombier ”, vous avez eu l’impression de vous être fait arnaquer. Etant nous-même des spécialistes de la plomberie, nous avons récapitulé pour vous 3 clichés sur les plombiers qui vous permettront de reconnaître au premier coup d’œil le spécialiste de la tuyauterie que vous recherchez.

Les plombiers ont la réputation d’être cher

Il faut savoir que les plombiers ne sont pas conventionnés et les prix qu’ils soumettent, seront souvent fixés à la tête du client. Afin de vous rassurer et de mettre en avant notre professionnalisme, une fois l’inspection de :

  • La tuyauterie,
  • Des canalisation,
  • L’origine de la fuite,
  • La pression d’eau,

Bref la source du problème déterminée, nous proposons : un devis gratuit et complètement transparent.

Un plombier méticuleux

En second lieu, un plombier se doit d’être observateur et méticuleux, il doit prendre le temps et le soin de se plonger littéralement dans vos canalisations. N’ayez crainte s’il fait le tour du propriétaire, cette observation lui permettra de se faire une idée du type ainsi que des prix des éléments de plomberie à remplacer. Un bon point, si, avant de changer un équipement sanitaire ou un élément de canalisation, il vous donne le choix, cela montre que l’avis du client compte pour lui. N’hésitez donc pas à lui poser des questions ou à écouter ses recommandations.

Le stéréotype du plombier

Et enfin l’apparence ! Nous connaissons tous le stéréotype du plombier un peu négligé dans sa tenue et son physique. Non ! Il s’agit d’un professionnel, un artisan. Il devra souvent opérer dans des zones sanitaires ou des lieux où la tuyauterie est difficile d’accès, qui plus est, dans des positions inconfortables, qui exploiteront des muscles moins utilisés au quotidien. De plus, si on prend en compte le fait que le dépannage, les travaux ou les installations de l’équipement sanitaire lui prenne la journée, son aspect général, son corps se doit d’être gage de qualité.

Voilà donc 3 clichés à éviter quand vous ferez appel à un nouveau plombier, qui vous serviront de gage de qualité.

La journée mondiale de la plomberie

LA FRANCAISE DES ARTISANS

Journée mondiale de la plomberie

Pourquoi dit – on plomberie ?

A l’origine, les tuyaux de nos canalisations étaient faits de plomb, mais ce métal qui s’est révélé extrêmement toxique/nocif pour la santé, a été remplacé par du cuivre. Le cuivre permettant de préserver les qualités de l’eau mais surtout étant imperméable aux agents contaminants extérieurs.   Cependant l’appellation est restée.  

Que serions-nous sans les plombiers ?

Dans les pays développés, l’amélioration de la qualité et du confort de vie est, en grande partie, due à l’amélioration des installations sanitaires. Ce qui en découle, c’est :

  • Un accès à l’eau potable commun à tous (hygiène & soif)
  • Et la construction d’environnements sanitaires stérilisés contre la plupart des maladies épidémiques connues de l’homme.

Nous avons aujourd’hui tendance à banaliser le rôle des experts de la plomberie, qui sont directement responsables de ces changements de par leur travail. En effet le fait qu’on appelle le plus souvent un plombier aujourd’hui, uniquement pour un « simple tuyau bouché », décrédibilise grandement leur profession auprès du grand public.

Pourquoi cette journée ?

Le 11 mars 2016, était pour cette année, la 7e journée mondiale de la plomberie. Si vous ne la connaissiez pas, c’est normal. Elle est en grande partie méconnue du grand public.  Cette journée a été créée en 2010 par le World Plumbing Conseil (WPC), en français le conseil mondial de la plomberie (au canada) et elle compte aujourd’hui plus de 100 organisations membres de 23 pays.

Elle a été créée pour avertir et sensibiliser le grand public de l’importance de l’industrie de la plomberie sur les domaines de la santé, de la sécurité publique et de l’environnement. En effet l’accès à l’eau potable et à des zones sanitaires décentes, à l’heure où ces besoins ne cessent de croitre de façon exponentielle, sont de vraies grandes problématiques de notre époque. Il s’agit donc de mettre en valeur ces métiers, qui finalement, rendent service à beaucoup d’autres, que ce soit dans les hôpitaux, les instances publiques (les écoles etc.) mais surtout les habitations. 

Quelle différence entre Plombier et Artisan-Plombier ?

 LA FRANCAISE DES ARTISANS

Tout d’abord il est essentiel de se dire que tous les plombiers ne sont pas artisans plombier mais tous les artisans plombier sont plombiers. Mais alors qu’est ce qui différencie ces deux appellations ?

Le plombier

Un plombier est un technicien sanitaire. Il est spécialisé dans toutes les installations relevant de la plomberie, c’est à dire :

  • la robinetterie,
  • les évacuations d’eau,
  • les chauffe-eaux,
  • les radiateurs
  • les conduits de gaz. 

Le plombier intervient donc en cas d’installation ou de panne liées à l’eau ou au gaz.

Le métier de plombier est un métier nécessitant une veille et une formation perpétuelle car il est nécessaire de maîtriser les matériaux composants les canalisations : Cuivre, PVC, Multicouche…

Mais alors pourquoi détermine t-on le métier comme plombier si il travaille le cuivre ? Le plombier doit aussi être familiarisé au plomb car à l’origine c’était le métal utilisé à la fabrication, de plus en plus remplacé pour des raisons sanitaires

L’Artisan Plombier

L’artisan plombier maîtrise toutes les compétences du simple plombier. Le plus souvent l’artisan plombier est plombier-chauffagiste. En plus de la compétence simple, l’artisan plombier saura être en charge du réseau électrique (chaudières, pompes à chaleur, VMC…)

Le plombier et l’artisan plombier ont tout deux une profession très rigoureuse car il en découle un aspect sécuritaire (maniement d’eau et de gaz) et un aspect social (relation client).

Le métier de plombier évolue sans cesse car les énergies deviennent de plus en plus diverses. Le plombier aujourd’hui doit être à la pointe des énergie nouvelles comme le solaire, la géothermie et la biomasse.

Aujourd’hui les artisans plombiers et les plombiers ont du évoluer et devenir des experts dans plusieurs domaines. De ce fait très peu de plombier sont juste restés plombiers. Ce sont des artisans à part entière, quelques soient leurs prestations.

Quelles sont les qualifications nécessaires à un plombier ?

 LA FRANCAISE DES ARTISANS Conseils et astuces

Les artisans plombiers sont aujourd’hui de plus en plus nombreux et les formations pour y parvenir se multiplient. Il ne faut cependant pas oublier que la plomberie est un domaine exigeant. Pour être un bon artisan plombier, il faut travailler dur. La relation client et les démarches d’entrepreneur ne doivent pas être un frein à votre projet. Pour devenir un plombier, il est indispensable de suivre une formation qui offre des qualifications professionnalisantes satisfaisantes.

Suivre plusieurs formations professionnalisante

Qualification professionnalisante après le collège

Suivre un CAP Installateur Sanitaire qui nous donne un accès au métier de plombier.

A ce CAP on peut le compléter en prenant une option complémentaire Soudage qui est un plus dans le métier et les compétences nécessaires à être un bon plombier. Lors de cette option il y a une qualité qui est nécessaire : l’aptitude  à la concentration pour souder qui requiert dextérité et des capacités de concentrations.
On vérifie aussi lors des formations que le futur plombier sait être soigneux et minutieux et possède un bon sens de la méthode à avoir afin d’effectuer les différentes tâches qui lui seront imposées.

Suivre un Brevet professionnel en tant que Monteur en installations de génie climatique et sanitaire. Cette spécialisation permet d’apprendre un aspect un peu spécifique sur le domaine de la plomberie notamment tout ce qui concerne les climatisations et l’installation des sanitaires.

Un Brevet professionnel des techniques des installations sanitaires et thermiques qui devra par la suite être complété par une formation « MC Zinguerie » ou encore « MC maintenance en équipement thermique »

Avec un Bac pro technicien en installation ou technicien des maintenances des systèmes énergétiques et climatiques qui permet d’avoir de bonnes bases dans le domaine des installations énergétiques

En étant pris en formation dans une entreprise de plomberie et suivre pas à pas les enseignements de son tuteur.

Enfin on peut aussi passer un Brevet professionnel Métiers de la piscine qui enseigne un ensemble de technique indispensable afin d’obtenir les qualifications pour être un plombier.

Qualification professionnalisante après le baccalauréat

En qualification existante après le bac nous retrouvons le  BTS Fluides Energies Domotique qui est très complet en terme de compétence que ce soit sur les qualifications requises pour faire de la plomberie mais aussi peut aider si on est à son propre compte. Il y a aussi des cours sur la prestation à avoir en tant que professionnel qui est une qualification importante à avoir.

Exemple d’un parcours professionnalisant

Un de nos employés en situation de CFA (Centre de formation d’apprentis) a passé un CAP Installateur sanitaire accompagné d’une option soudage/zinguerie afin d’être apte à diversifié ses activités dans le futur. Par la suite il a suivi la formation d’un brevet professionnel équipements sanitaires.

Puis il a effectué plusieurs stages dans des entreprises de plomberie. Il est maintenant chez nous avec plus d’une dizaine année d’expérience. Les qualifications possible en étant plombier.

La certification RGE Qualibat

Il faut savoir que Qualibat distribue, chaque année, selon des critères très spécifiques aux entreprises un certificat d’une durée d’un an. Cette qualification peut s’obtenir en fonction de/des formations suivis, et de voir si l’entreprise répond aux critères de la certification. Dans le cas où une entreprise de plomberie possède cette certification, cela indiquera que le plombier respecte des normes de plomberie telle que le respect de l’environnement, la maîtrise des nouvelles techniques en ce qui concerne la plomberie….

Les qualifications d'un plombier

Cela donne aux entreprises de plomberie un avantage concurrentiel sur leurs concurrents, mais aussi accès aux DTU. Cela réduit les primes d’assurance et plein d’autres avantages avec le label de fiabilité Qualibat.
D’autres qualifications RGE sont disponibles.Découvrir LA FRANCAISE DES ARTISANS.

Présentation personnelle (exemple d’article)

Voici un exemple d’article, publié initialement dans le cadre de la Blogging University. Inscrivez-vous à l’un de nos dix programmes et lancez votre blog.

Vous allez publier un article aujourd’hui. Ne vous inquiétez pas pour l’apparence de votre blog. Ne vous inquiétez pas si vous ne lui avez pas encore donné de nom ou si vous vous sentez dépassé. Cliquez simplement sur le bouton « Nouvel article » et dites-nous pourquoi vous êtes ici.

Quel est votre objectif ?

  • Vos nouveaux lecteurs ont besoin de contexte. De quoi parlerez-vous ? Pourquoi devraient-ils lire votre blog ?
  • Cela vous aidera à vous concentrer sur vos idées à propos de votre blog et sur la façon dont vous souhaitez le développer.

L’article peut être court ou long, contenir une introduction personnelle sur votre vie, décrire la mission de votre blog, présenter un manifeste pour l’avenir ou énoncer simplement vos sujets de publication.

Pour vous aider à commencer, voici quelques questions :

  • Pourquoi créez-vous un blog public au lieu de tenir un journal personnel ?
  • Quels seront les thèmes que vous aborderez ?
  • Quelle est la cible privilégiée de votre blog ?
  • Si votre blog passe la première année avec succès, qu’espérez-vous avoir accompli ?

Répondre à ces questions ne vous enferme pas définitivement dans une voie. Ce qui est magnifique avec les blogs, c’est qu’ils sont en constante évolution au fur et à mesure de vos apprentissages, de votre développement et des interactions avec autrui. Il est toutefois opportun de savoir où et pourquoi vous vous lancez. L’articulation de vos objectifs peut simplement contribuer à apporter de nouvelles idées d’articles.

Vous ne savez pas trop comment commencer ? Écrivez simplement la première chose qui vous passe par la tête. Anne Lamott, auteur d’un excellent livre sur le processus d’écriture, affirme qu’il est nécessaire de s’autoriser un « premier jet bordélique ». C’est un enseignement essentiel : commencez par écrire, vous vous occuperez de retoucher votre texte plus tard.

Une fois que vous êtes prêt à publier, attribuez à votre article trois à cinq étiquettes qui décrivent son sujet : littérature, photographie, fiction, parentalité, alimentation, voitures, films, sports, etc. Ces étiquettes aideront les internautes intéressés par ces sujets à vous trouver dans le Lecteur. Veillez à ce que l’une de ces étiquettes soit « zerotohero », afin que les nouveaux blogueurs puissent vous trouver également.

Présentation personnelle (exemple d’article)

Voici un exemple d’article, publié initialement dans le cadre de la Blogging University. Inscrivez-vous à l’un de nos dix programmes et lancez votre blog.

Vous allez publier un article aujourd’hui. Ne vous inquiétez pas pour l’apparence de votre blog. Ne vous inquiétez pas si vous ne lui avez pas encore donné de nom ou si vous vous sentez dépassé. Cliquez simplement sur le bouton « Nouvel article » et dites-nous pourquoi vous êtes ici.

Quel est votre objectif ?

  • Vos nouveaux lecteurs ont besoin de contexte. De quoi parlerez-vous ? Pourquoi devraient-ils lire votre blog ?
  • Cela vous aidera à vous concentrer sur vos idées à propos de votre blog et sur la façon dont vous souhaitez le développer.

L’article peut être court ou long, contenir une introduction personnelle sur votre vie, décrire la mission de votre blog, présenter un manifeste pour l’avenir ou énoncer simplement vos sujets de publication.

Pour vous aider à commencer, voici quelques questions :

  • Pourquoi créez-vous un blog public au lieu de tenir un journal personnel ?
  • Quels seront les thèmes que vous aborderez ?
  • Quelle est la cible privilégiée de votre blog ?
  • Si votre blog passe la première année avec succès, qu’espérez-vous avoir accompli ?

Répondre à ces questions ne vous enferme pas définitivement dans une voie. Ce qui est magnifique avec les blogs, c’est qu’ils sont en constante évolution au fur et à mesure de vos apprentissages, de votre développement et des interactions avec autrui. Il est toutefois opportun de savoir où et pourquoi vous vous lancez. L’articulation de vos objectifs peut simplement contribuer à apporter de nouvelles idées d’articles.

Vous ne savez pas trop comment commencer ? Écrivez simplement la première chose qui vous passe par la tête. Anne Lamott, auteur d’un excellent livre sur le processus d’écriture, affirme qu’il est nécessaire de s’autoriser un « premier jet bordélique ». C’est un enseignement essentiel : commencez par écrire, vous vous occuperez de retoucher votre texte plus tard.

Une fois que vous êtes prêt à publier, attribuez à votre article trois à cinq étiquettes qui décrivent son sujet : littérature, photographie, fiction, parentalité, alimentation, voitures, films, sports, etc. Ces étiquettes aideront les internautes intéressés par ces sujets à vous trouver dans le Lecteur. Veillez à ce que l’une de ces étiquettes soit « zerotohero », afin que les nouveaux blogueurs puissent vous trouver également.

Présentation personnelle (exemple d’article)

Voici un exemple d’article, publié initialement dans le cadre de la Blogging University. Inscrivez-vous à l’un de nos dix programmes et lancez votre blog.

Vous allez publier un article aujourd’hui. Ne vous inquiétez pas pour l’apparence de votre blog. Ne vous inquiétez pas si vous ne lui avez pas encore donné de nom ou si vous vous sentez dépassé. Cliquez simplement sur le bouton « Nouvel article » et dites-nous pourquoi vous êtes ici.

Quel est votre objectif ?

  • Vos nouveaux lecteurs ont besoin de contexte. De quoi parlerez-vous ? Pourquoi devraient-ils lire votre blog ?
  • Cela vous aidera à vous concentrer sur vos idées à propos de votre blog et sur la façon dont vous souhaitez le développer.

L’article peut être court ou long, contenir une introduction personnelle sur votre vie, décrire la mission de votre blog, présenter un manifeste pour l’avenir ou énoncer simplement vos sujets de publication.

Pour vous aider à commencer, voici quelques questions :

  • Pourquoi créez-vous un blog public au lieu de tenir un journal personnel ?
  • Quels seront les thèmes que vous aborderez ?
  • Quelle est la cible privilégiée de votre blog ?
  • Si votre blog passe la première année avec succès, qu’espérez-vous avoir accompli ?

Répondre à ces questions ne vous enferme pas définitivement dans une voie. Ce qui est magnifique avec les blogs, c’est qu’ils sont en constante évolution au fur et à mesure de vos apprentissages, de votre développement et des interactions avec autrui. Il est toutefois opportun de savoir où et pourquoi vous vous lancez. L’articulation de vos objectifs peut simplement contribuer à apporter de nouvelles idées d’articles.

Vous ne savez pas trop comment commencer ? Écrivez simplement la première chose qui vous passe par la tête. Anne Lamott, auteur d’un excellent livre sur le processus d’écriture, affirme qu’il est nécessaire de s’autoriser un « premier jet bordélique ». C’est un enseignement essentiel : commencez par écrire, vous vous occuperez de retoucher votre texte plus tard.

Une fois que vous êtes prêt à publier, attribuez à votre article trois à cinq étiquettes qui décrivent son sujet : littérature, photographie, fiction, parentalité, alimentation, voitures, films, sports, etc. Ces étiquettes aideront les internautes intéressés par ces sujets à vous trouver dans le Lecteur. Veillez à ce que l’une de ces étiquettes soit « zerotohero », afin que les nouveaux blogueurs puissent vous trouver également.